Un bras robotisé contrôlé par la pensée… sans implant au cerveau

32

Certains chercheurs ont déclaré récemment que les prothèses contrôlées par le cerveau ne nécessiteraient plus une intervention chirurgicale dangereuse et coûteuse à l’avenir. Les chercheurs de Carnegie Mellon University ont réussi à concevoir des interfaces cerveau-ordinateur BCI (Brain-computer Interface) capables de transmettre les informations neurales du cerveau vers un dispositif externe grâce à un dispositif d’électroencéphalographie (EEG) s’apparentant à un bonnet recouvert d’électrode. Bin He, le chercheur principal du projet, a indiqué que c’est la première fois qu’un BCI non invasif (non implanté au cerveau) permettait de contrôler avec succès un bras robotique. Il aurait travaillé avec des chercheurs de l’Université du Minnesota pour la réalisation du projet.

Bin He a déclaré que le but des recherches est de développer un membre prothétique entièrement contrôlé par l’esprit et fonctionnant en mouvement en continu pour des tâches simples comme pour ouvrir une porte ou attraper des objets sur une étagère. Le principal avantage avec ce nouveau dispositif est qu’il n’est pas invasif. Bien que les implants constituent une solution de choix pour assurer une connexion cerveau-ordinateur, la pose de ces dispositifs requiert une expertise chirurgicale approfondie. De plus, l’opération peut être très coûteuse et dangereuse pour le patient. Les nouvelles recherches de Carnegie Mellon University montrent que les BCI peuvent être en mesure de transmettre des signaux cérébraux à distance sans avoir recours à des implants.