Squad X : le projet de la DARPA visant à déployer des drones et des robots autonomes avec les militaires

16

La DARPA (Defense Advanced research Projects Agency) travaille actuellement sur un projet appelé « Squad X », un programme visant à déployer des robots autonomes et des drones pour assister les militaires sur le champ de bataille. Ces dispositifs vont permettre de collecter différentes informations sur l’environnement des soldats pour assurer leur sécurité sur le terrain. Le brouillard de guerre (fog war) fait partie des principaux problèmes rencontré par les militaires. Ce terme décrit l’incertitude des hommes de terrain concernant leur environnement. Les autorités militaires ont décidé de faire appel à la technologie pour éclaircir ce fameux brouillard. L’utilisation des avions, des satellites et des dépisteurs à cheval s’avère déjà très pratique. L’armée compte à présent déployer des robots autonomes et des drones pour mieux analyser le terrain.

L’année dernière, la DARPA a procédé au test du programme Squad X en Californie. Dans le cadre de ce projet, les marines américains ont utilisé des drones aériens et des robots autonomes pour la coordination de leur déplacement et pour détecter les menaces potentielles. L’armée a ensuite eu recours à des tablettes android standard pour la collecte et l’affichage des informations traitées par les appareils. Le dispositif Squad X se constitue de deux systèmes. Le CACI appelé aussi BITS Electronic Attack Module (BEAM) Squad System (SS) permet aux militaires de détecter, de localiser et de frapper des menaces spécifiques dans le domaine de la radiofréquence et cyber domaine. Le système de reconnaissance de la situation spectrale de Lockheed Martin appelé ASSAULTS (Augmented Spectral Situational Awareness and Unaided Localization for Transformative Squad) sert à localiser les cibles et à les engager. Le lieutenant Phil Root, le responsable du programme « Squad X » a voulu apaiser l’opinion publique en déclarant que les appareils testés n’étaient pas équipés d’armes. D’après lui, le système a été uniquement conçu pour collecter des informations pertinentes sur l’environnement des soldats sur le terrain et non pour l’attaque directe.