Les analystes estiment que l’ère du « Deep Fake » tend à s’empirer de plus en plus

17

La popularisation des réseaux sociaux a vu la naissance de plusieurs groupes de partage de fausses informations. De nos jours, il est très difficile de vérifier la véracité des informations véhiculées sur internet à cause des « Deep Fake ». Une pratique basée sur une IA permettant de créer de fausses vidéos. Face à la recrudescence de ce type de vidéos, le comité du renseignement américain s’est réuni la semaine dernière pour parler des risques potentiels des « Deep fake » pour la sécurité nationale et mondiale.

Depuis toujours, les « Deep Fake » ont été utilisés à des fins politiques ou pour ruiner la réputation de certaines personnalités. Toutefois, la réalisation d’un montage sélectif et d’un découpage de séquences réelles pour créer une fausse vidéo est devenue de plus en plus facile. Malgré le fait que les « Deep fake » ne soient pas encore parfaits, les technologies du numérique ne cessent de se développer. Les autorités estiment que les outils utilisés pour cette pratique vont évoluer pour offrir un meilleur rendu dans les 5 prochaines années. Si cette situation continue, nous verrons la publication de plus en plus de fausses vidéos visant à salir la réputation de certains hommes politiques à la veille de la tenue des élections. Les circonstances seront pires pour les pays où règnent des tensions ethniques ou religieuses et moins mature sur la culture numérique. Les autorités américaines indiquent que les « Deep fake » seront utilisés pour semer la confusion et l’apathie en étouffant les vérités avec une grande quantité de fausses informations. D’après eux, l’avenir de la démocratie mondiale repose sur la recherche d’un moyen efficace permettant d’établir la véracité d’un contenu vidéo et audio.